Et si Jésus arrivait chez nous?


            Saint Luc nous présente Jésus le prêcheur itinérant, homme de la route et prophète de la Parole. Comme il l’a conseillé à ses disciples, en mission il prend le temps de s’arrêter et il se rend dans une maison. Comment sera-t-il accueilli ?

            Deux femmes, Marthe et Marie, l’accueillent. Marie écoute la parole de Jésus. Elle agit comme une disciple, assise aux pieds du Maître qui enseigne. Elle est centrée sur la personne de l’invité, en l’occurrence un prophète. Marthe est occupée par diverses tâches. De plus, elle critique sa sœur et demande même à Jésus d’intervenir dans leur querelle domestique. Son hospitalité n’est pas centrée sur l’essentiel, ce que Jésus lui rappelle.

            On a parfois identifié les attitudes de Marie et Marthe à la contemplation et à l’action, Marie ayant la meilleure part. En fait, ce qui compte chez Marie, c’est plutôt son écoute de la Parole et son hospitalité envers Jésus. Marie est centrée sur l’essentiel, d’où tout le reste peut venir. La contemplation et l’action s’enracinent dans l’écoute de la Parole. Le témoignage, la prière, la prédication, l’attention aux détresses, le partage, toutes ces expressions de la foi chrétienne ont besoin de prendre racines dans le sol unique de la Parole qui donne vie.

            Ce récit nous invite à nous demander où sont nos priorités et comment nous pourrions demeurer branchés sur la source. De plus, il nous interroge sur notre hospitalité, sur nos façons d’accueillir. Qu’est-ce qui est plus important, porter une attention réelle aux personnes ou rester concentrés dans nos préoccupations et tracas?

            Et si Jésus arrivait chez nous, dans notre maison, que ferions-nous? Et si déjà, il était arrivé, présent sous un visage familier ou nouveau, installé au salon ou dans la cuisine, disponible pour une bonne conversation. Il vaut peut-être la peine de fermer la télé, le cellulaire, le portable, d’oublier un instant de tout nettoyer et ranger, et de porter attention…

Question pour la réflexion :

Dans notre hospitalité, quelles façons d'accueillir seraient à travailler?

Daniel Cadrin, o.p.



Célébrations liturgiques


Vendredi 26 juillet

Sainte Anne, Patronne de la Province de Québec et saint Joachim, parents de la Vierge Marie


Fête des parents de la Vierge Marie spécialement de Sainte Anne, patronne de la province de Québec, qui protégeait particulièrement les marins et les voyageurs qui traversaient l’océan. On peut aussi profiter de cette fête pour souligner l’importance des grands-parents dans la vie spirituelle de nos familles.  Même si nous savons peu de choses sur la vie de sainte Anne, le seul fait d’être la mère de Marie et la grand-maman de Jésus est suffisant pour que l’Église la reconnaisse et la vénère depuis les temps immémoriaux.  Voici une prière qui peut lui être adressée.

 

Tu as donné le jour à Marie Immaculée,

qui mettra au monde Jésus,

le vrai Soleil levant,

illuminant notre regard,

Sainte Anne, bénie sois-tu !

 

Tu prépares aujourd'hui notre coeur

à accueillir ce mystérieux Trésor du ciel

que Dieu a mis entre tes mains

pour nous être donné,

Sainte Anne, bénie sois-tu !

 

Tu nous ouvres la route

dans les nuits de nos hivers et de nos détresses,

vers la même découverte merveilleuse:

aux carrefours de nos solitudes

resplendit la Présence de Celui

qui est le Chemin, la Vérité et la Vie,

Jésus, le fils adoré de ta fille Marie.

Sainte Anne, bénie sois-tu !

 

Je sais, ou plutôt je ne sais pas

combien de malades tu as soulagés,

combien de coeurs en peine tu as réconfortés,

combien de sourires tu as fait naître dans les berceaux,

combien d'angoisses tu as transformées en espérance,

Sainte Anne, bénie sois-tu !

 

Saint Anne,en contemplant ton visage

si empreint de tendresse maternelle,

nous découvrons le reflet du visage de Dieu,

qui est Amour et Miséricorde.

Sainte Anne, bénie sois-tu !