"Seigneur, viens à mon secours!"

 



 



Prière à Notre-Dame du Liban


        Notre-Dame du Liban, voici ton peuple. Ils sont tes enfants, ceux qui sont brisés par la haine et ceux qui apprennent à pardonner. Ils sont tes enfants, ceux qui sont emmurés dans la peur et ceux qui commencent à espérer.

        Notre-Dame du Liban, voici ton peuple. Si Dieu est le Père des commencements tu es la Mère des recommencements. Donne à ceux qui ont perdu le goût de vivre la force de vivre encore plus pour les autres.

        Notre-Dame du Liban, voici ton peuple. Tu aides l’homme vieilli par le péché à retrouver un coin fleuri de son enfance. Tu aides l’homme révolté par la violence à rendre à Dieu les armes de son destin.

        Notre-Dame du Liban, garde ton peuple, garde-le libre, libre, libre, dans l’intégrité de son corps et l’unité de son âme. Pour la gloire du Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, pour la gloire de ton divin Fils Jésus, pour le service des peuples de l’Orient et de l’Occident.

        Que le Liban vive du Liban, pour que le monde entier vive de la paix. Amen.

 



Notre-Dame de l’Assomption - Patronne des Acadiens

            Le 15 août est la journée de l’Assomption de la Vierge Marie qui a été choisie comme patronne des acadiens en 1881. Ce choix a été ratifié par le pape Pie XI en 1938. La dévotion nationale des Acadiens, c’est la dévotion à Marie.

            À cette époque, bon nombre des élites acadiennes étaient traditionalistes et désiraient la préservation des valeurs de la vieille France, celle de la pré-révolution, qui s'était dédiée durant le XVIIe siècle à la Vierge Marie. Ceci n'empêcha pas l'adoption d'un drapeau tricolore acadien à la convention de Miscouche trois ans plus tard.

            L'abbé Marcel-François Richard, qui favorisait la date du 15 août, a vraisemblablement influencé la prise de décision par son discours, dont voici un extrait : « ... En effet, il me semble qu'un peuple qui, pendant plus d'un siècle d'épreuves et de persécutions, a su conserver sa religion, sa langue, ses coutumes et son autonomie, doit avoir acquis assez d'importance pour mériter qu'il adopte les moyens d'affirmer son existence d'une manière solennelle; et cela ne saurait se faire plus efficacement que par la célébration d'une fête nationale qui lui soit propre... »

            Le 15 août, le Tintamarre ou Grand Tintamarre est une tradition acadienne de marcher à travers sa communauté en faisant du bruit. Le terme provient du mot d'origine française qui signifie « sons discordants ». La pratique est destinée à démontrer la vitalité et la solidarité de la société acadienne, et pour rappeler aux autres de la présence des Acadiens.

            Le premier tintamarre a lieu le 10 août 1955 à Moncton, au Nouveau-Brunswick, à l'instigation de l'archevêque Norbert Robichaud à l'occasion du 200e anniversaire de la Déportation des Acadiens. 5 000 personnes y participent et le tintamarre est couvert en direct par une émission de la Première chaîne de Radio-Canada animée par René Lévesque.


Mots et expressions de l’Acadie :

-        Mon grand-père est au bord de la crevaison (à l’article de la mort)

-        Il s’est émoyé de toi (s’informer, se renseigner)

-        Il avait tellement bu qu’il tricolait (il était ivre).